L’Arménie est un pays mythique qui émerveille au premier regard les visiteurs, en combinant de façon harmonieuse passé et présent. Elle possède une riche histoire étoffée de légendes et de mythes comme celui de l’Arche de Noé sur le Mont Ararat. Les Arméniens, l’un des peuples les plus anciens du monde, possèdent une culture originale et riche qui s’est développée au fil des siècles. Ils ont su conserver leur histoire si particulière et préserver leurs traditions ancestrales tout en les intégrant au mode de vie moderne.

L’histoire ancienne de l’Arménie est gravée dans ses pierres, commençant par le temple hellénique de Garni et les églises rupestres de Gheghard jusqu’aux habitations troglodytes en passant par les ermitages perchés dans les montagnes, les forteresses et les milliers de khatchkars (croix sculptées dont certaines datent du IX e siécle, spécifiques de l’art religieux arménien),

La diversité de la beauté des paysages de ce petit pays est stupéfiante. Vous verrez des paysages de montagnes, des gorges de rivières abondantes en eau, des forets très denses, et des plaines fertiles. Chaque région d’Arménie laisse une impression unique aux amateurs de la nature, aux randonneurs, aux amoureux de l’art et de la culture et à chacun de ses visiteurs.

L’Arménie s’offre à chacun de ses visiteurs pour une découverte inoubliable.

Sur les traces du patrimoine historique

Une Culture millénaire

Une nature exceptionnelle

Une gastronomie authentique

Un artisanat riche et varié

Sur les traces du patrimoine historique

Pendant plus de 1700 ans, le christianisme a joué un très grand rôle dans l’histoire du peuple arménien. Aujourd’hui environ 94% des Arméniens se considèrent comme membres de l’église apostolique arménienne. Cette branche de l’église orthodoxe puise sa foi directement de Thaddée et de Barthélemy qui ont prêché en Arménie au premier siècle. La chrétienté est le fondement de la culture arménienne : l’entrelacement avec la nature du pays se retrouve sur les khatchkars, dispersées même dans les montagnes les plus lointaines, les monastères cachés dans les coins les plus pittoresques du pays. On recense plus de 40 000 khatchkars en Arménie dont l’unicité est authentifiée.

Avant l’évangélisation, le pays était païen. De nombreux temples avaient été construits mais ils ont été presque entièrement détruits par les premiers chrétiens. Seul un temple païen a été conservé sur le territoire : c’est celui situé dans le village de Garni construit dans un style gréco-romain. Parmi les monuments préchrétiens, on peut citer l’observatoire de Zorats Karer (karahunge) datant de l’an 4200 av. Jésus Christ, situé non loin de la ville de Sissian et les pierres à dragons datant de l’âge de bronze.

Le christianisme a été adopté en Arménie comme religion d’Etat en l’an 301 de notre ère. Ainsi, les Arméniens ont été les premiers à avoir adopté le christianisme comme religion d’Etat (79 ans avant l’adoption du christianisme par l’Empire Romain). La conversion des Arméniens au christianisme a commencé sous le règne de Tiridate III. Selon la légende, après avoir cruellement torturé les chrétiens, le roi a attrapé la lycanthropie, une maladie incurable. Il a été guéri par un de ses proches, Grégoire l’Illuminateur, condamné à mort pour sa foi chrétienne et jeté dans une fosse profonde (Khor Virap) pendant 13 ans, dans le village d’Artachat.

En signe de reconnaissance, le roi a adopté la nouvelle foi pour lui et tout son peuple. En tant que premier peuple chrétien, les Arméniens ont créé d’innombrables églises et monastères. Etchmiadzine est l’une des plus anciennes églises du monde chrétien. Elle a été fondée en l’an 303 de notre ère, à l’endroit d’un autel païen. Le mot Etchmiadzine signifie « Descente du fils unique ». Selon la tradition, l’endroit a été choisi par une vision de Grégoire, lorsque Jésus est descendu du ciel avec un marteau d’or pour marquer l’endroit de la construction. Etchmiadzine est le centre spirituel de l’église apostolique arménienne. Ce lieu saint est protégé par l’Unesco, en que patrimoine historique.

1700 ans après la construction d’Etchmiadzine, le christianisme est un facteur très important et un symbole vital dans la conception de l’identité nationale. Le noyau de chaque communauté arménienne de la diaspora se construit autour de l’église. Dans chaque coin du monde ou l’on trouve même un tout petit nombre d’Arméniens, on trouvera sans doute une église arménienne. Pour rendre les visites du patrimoine architectural historique plus attrayant, nous avons crée une chasse au trésor adapté pour des plus petits au plus grands.

Une culture millénaire

L’amour que les Arméniens portent à l’art trouve sa preuve la plus manifeste dans le nombre de musées que l’on trouve à Erevan : une trentaine de musées et maisons d’artistes pour une ville de 1500000 habitants, soit la population de Lille !!!!

Le musée d’Histoire, évidemment, qui trône au centre de la Place de la République, le musée des manuscrits, le fameux Matenadaran, le musée d’art, le musée du génocide, sobre et si émouvant, et aussi celui de Paradjanov qui célèbre l’exubérante créativité du cinéaste, celui ,
tout récent, dédié au plus grand musicien Arménien, Komidas, et tous les autres, plus intimes et si chaleureux.
Les manuscrits sont une branche originale de l’art arménien. Les manuscrits sont soigneusement enluminés et copiés d’une écriture splendide. Vous visiterez le Matenadaran de la ville d’Erévan qui possède une très riche collection, se composant de 17 500 manuscrits complets, des fragments et des textes miniatures dont quelques-uns datent de l’époque préchrétienne.

L’architecture, surtout religieuse, est l’une des manifestations les plus intéressantes de l’art arménien. Les églises arméniennes ont un style unique formé par le résultat de milliers d’années d’expériences. Les fresques, les bas-reliefs et les hauts reliefs ornent les murs des églises dont la majorité a été très bien conservées depuis des centaines d’années. Les fresques et les bas-reliefs des 5ème-6ème siècles ainsi que les narthex des églises du 13eme siècle sont vraiment digne d’intérêt.

Si vous êtes amateur de peinture, nous vous proposerons la Galerie des Beaux Arts d’Erévan. La peinture à l’huile a vécu sa floraison aux 19-20eme siècles en maintenant la tradition des fresques du 8ème siècle. Les deux derniers siècles ont donné naissance à des artistes de talents ayant une renommée mondiale comme Hovhanès Ayvazovski, Edgar Chahine, Hovsep Poushmane, Archil Gorki, Karzo, Jensème, Garzou, Minas Avétissian, Martiros Sarian et d’autres.
Vous ne partirez pas d’Arménie sans tomber amoureux de la musique arménienne. Elle est unique du fait qu’elle soit une union des mélodies séculières, religieuses et rituelles. La musique folklorique arménienne réunit une série d’instruments dont le plus original est le « doudouk », datant de 2000ans, qui est un instrument à souffle fabriqué avec le bois de l’abricotier. Il émet des sons qui enchantent l’âme. Le doudouk a joué un rôle central dans des films comme « Gladiator », « Alexandre », « Munich ». Lors de votre visite nous vous amènerons chez un artisan qui fabriquent des doudouks, et vous aurez l’occasion de le voir en train de travailler et même prendre un master classe avec lui. Un soir, vous assisterez également à un concert exceptionnel des Jeunes prodiges d’Arménie ou des joueurs de doudouk de 10-12 ans vous envouteront avec leur performance.

La musique rituelle arménienne comprend les charagans qui datent du 5ème siecle. 300 ans après la mort du célèbre troubadour Sayat Nova qui chantait dans la cour royale, la tradition des Goussans (troubadours) continue en Arménie. Le compositeur arménien mondialement connu, Aram Khatchatourian a été influencé de la musique de Sayat Nova et la musique folklorique arménienne. Il a composé un grand nombre d’œuvres musicales classiques parmi lesquelles le ballet Gayanée (la dans du sabre) et le ballet Spartacus. Les Musiciens contemporains combinent la musique traditionnelle arménienne avec les rythmes modernes créant ainsi un nouveau genre musical. La diaspora arménienne a également donné naissance à des talents musicaux comme Charles Aznavour, Cher et le System Of A Down.

La littérature a toujours eu un rôle vital dans l’identité culturelle des Arméniens. Avant la création de l’alphabet, les dictons arméniens se transmettaient par la voie orale ou bien étaient transcrites en langues étrangères. En l’an 405 de notre ère, le scientifique et religieux Mesrop Machtots, a créé l’alphabet. Après l’apparition des écritures, la littérature est rentrée dans une phase d’épanouissement qualifiée d’âge d’or de la littérature arménienne. Durant des siècles, tout en luttant contre le joug des étrangers l’alphabet arménien est resté inchangé, et la littérature continue toujours à se développer.

 

Une nature exceptionnelle

L’Arménie est un pays montagneux situé dans le sud de la Transcaucasie, localisé au carrefour de l’Europe et de l’Asie. Les pays voisins sont au nord – la Géorgie, au sud – l’Iran, à l’est – l’Azerbaidjan, et à l’ouest – la Turquie. Actuellement, la superficie du pays est 29 743 km carrés.

 

Mais cette petite superficie comprend des reliefs extrêmement différents avec ses sommets enneigés, ses forêts, ses plaines fertiles, ses steppes de montagne, ses lacs aux eaux turquoises, ses pâturages alpins et ses blocs de pierre brulés par le soleil
Environ la moitié du territoire de l’Arménie est montagneux et sec, et un tiers du pays est occupé par les prairies et les terres agricoles. 10% du territoire est considéré comme zones protégées : réserves et parcs naturels.

 

La moitié du pays se situe à 1000 mètres d’altitude par rapport au niveau de la mer. Le point le plus haut, le mont Aragats culmine à 4090 mètres.
La diversité de la faune et de la flore en Arménie est vraiment étonnante. Ce petit pays contient la plupart des zones écologiques. Ici on peut trouver la moitié de toute la végétation de l’Europe et les deux tiers des oiseaux.

 

De très belles chaines de montagnes, des plaines et des gorges magnifiques forment le relief du pays. Avec plus de 3500 espèces recensées sur ces chaines de montagnes, l’Arménie est un paradis pour les amateurs de fleurs. 349 espèces d’oiseaux traversent l’Arménie pour migrer vers l’Europe et l’Afrique, dont certaines sont en voie de disparition. En Arménie, on trouve également le léopard caucasien, une espèce rarissime, le chamois et le bélier.

 

Le lac Sévan se trouve dans l’est du pays, dans la région de Guegahrkunik, c’est l’un des plus grands lacs de haute-altitude du monde.

Une gastronomie authentique

On dit que les Arméniens expriment leur amour dans la cuisine et chacun qui a pris un repas en Arménie approuvera cette idée. La nourriture arménienne est un mélange de saveurs et de parfums des cuisines orientales et occidentales, mariant les légumes frais et la viande, le poisson, les produits laitiers et les herbes de montagne. C’est ainsi que la cuisine originale arménienne est née. Nous vous ferons découvrir les vins de la région Vayots Dzor et le brandy arménien adoré par Winston Churchill. Il est préparé avec de l’eau de source et le meilleur assortiment de raisins blancs cultivés dans la Plaine de l’Ararat. Chez l’habitant vous goûterez inévitablement l’oghi fait maison, une eau de vie spécifiquement arménienne, préparée dans les villages par distillation de jus fermenté de raisin, mais aussi de mures, d’abricots, de cornouilles, fameuses pour leur arôme puissant Vous n’oublierez jamais les repas arméniens, surtout pris en famille, qui se déroulent toujours dans une ambiance joyeuse. Vous apprendrez la tradition chaleureuse des toasts, "kenats" portés par le "tamada", le chef de table.

Un artisanat riche et varié

Nos visites dans les ateliers traditionnels (fabrication du pain lavash, tapis, fromage, sculpture sur bois, fer forgé….) vous prouveront que les Arméniens sont fiers de ce patrimoine et perpétuent encore cette tradition. Le Vernissage – marché d’art et d’artisanat en plein air vous enchantera avec ces beaux tapis mais aussi des miniatures de khatchkars arméniens en bois sculpté.